Le vilain petit Canard…

                    CHAPITRE UN

Vous n’allez peut-être pas le croire mais ce matin nous avons trouvé un nouveau-né que quelqu’un avait déposé en douce sur les marches du perron…
Bien joli, tout joufflu et qui braillait comme un putois. C’est Simone qui l’a vu en premier le bout de chou. Simone de Beauvoir qui porte vraiment bien son nom celle-ci, car rien ne lui échappe, elle a comme qui dirait son oeil partout la Simone !
On est tous venu le voir ce petiot qui beuglait et on est même resté un moment comme cela, à l’observer sans bouger et surtout sans rien dire, ce qui n’était vraiment pas dans nos habitudes de la boucler ainsi. Puis Mussi et Busso lui ont fait des vilaines grimaces pour essayer de le distraire un peu le marmot. De vrais clowns ces deux là…! Mais ils ont eu beau faire nos deux Zavatta, rien n’y a fait, et il continuait à gueuler et à se tortiller dans tous les sens le petit ver de terre, alors madame de LAFAYETTE a demandé à Francoise DOLTO si elle avait une solution pour qu’il la mette un peu en veilleuse quand même.
« Non…! J’en ai plus rien à foutre maintenant des gosses… Qu’il crêve celui là tiens…! » qu’elle a répondu. Et on n’était pas beaucoup plus avancé avec ça…
« Mais s’il avait tout simplement faim…? » qu’a sorti RABELAIS en se frottant la panse. Et là c’était pas con…
Alors Marguerite YOUCENAR s’est proposé spontanément pour lui donner le sein. C’est vrai qu’en matière de nibards elle se pose là l’ancienne et SADE, le marquis un peu déluré et qui ne rate jamais une occasion de mater, lui a dégrafé son corsage, et ensuite lui a présenté le vieux téton ratatiné au gamin qui s’est jeté dessus comme la pauvreté sur le monde.
« Mon dieu… qu’a dit ZOLA en chaussant ses lorgnons sur son pif pour mieux profiter lui aussi du spectacle… Comme c’est beau d’avoir faim… ! »
Au bout d’une bonne heure, il s’est tout de même arrêté de téter, bien rassassié maintenant notre p’tit bonhomme. L’Amélie NOTHOMB qu’est sympa comme pas deux nous a refilé gracieusement l’un de ses grands chapeaux ridicules pour en faire un berceau confortable, et ensuite, le père BUKOWSKI, qui sortait du bar en compagnie d’HEMINGWAY, lui a chanté l’une de ses comptines dont il a le secret pour qu’il s’endorme tout à fait notre petit lascar…
« Je pète, je rôte, et je vomis, et puis voilà que… je crotte aussi ! Ma petite crevette… Ma petite salope…! »…

                                                    Chapitre deux

Les mois et les années ont passé. Et aujourd’hui, il a presque trois ans déjà le trublion.
C’est Jeannot, pardon, excusez-moi…je voulais dire Jean D’Ormesson, qui lui apprend à lire et à écrire tandis que Jean-Jacques ROUSSEAU le ballade en poussette dans le parc de la résidence en lui citant tous les noms des petits oiseaux. Il est doué ce gamin, et a déjà fait ses premières gammes en composant deux ou trois petits poèmes bien enjoués. Toutes les dames l’adorent et se le disputent, monsieur PROUST, qui l’aime bien aussi, lui a même refilé son grand lit et ses oreillers de plumes…
Mais celui qu’il préfère le plus parmi nous tous le gamin il faut vous avouer que c’est papy Jules VERNE. Il ne le quitte pas d’une semelle, et le vieux est très fier de ça et en devient complètement gâteux de ce bambin surdoué. Il lui a même construit une montgolfière en papier et un trés joli sous-marin bleu pour s’amuser dans son bain.
Le père DUMAS s’est laissé attendrir aussi et lui a taillé une petite épée dans une branche d’olivier piquée dans le jardin à PETRARQUE…
« Plus tard si tu rentres à l’académie mon petit… Tu verras il t’en faudra une bien plus jolie… en or et avec des diamants partout… »

                                                   Chapitre trois

Quelques années encore ont passé depuis… Notre protégé a beaucoup grandi et va bientôt sur ses quinze ans… D’ailleurs c’est demain très exactement… Alors pour fêter ça, on a décidé d’organiser une fête et puis d’en profiter pour lui donner enfin un nom et un prénom à ce chérubin, ce qui n’avait pas encore été fait jusqu’à présent. Le comité de relecture au complet s’est donc réuni et a du choisir parmi les propositions des unes et des autres. Cela n’a pas été vraiment facile mais finalement on a tout de même trouvé quelque chose de très bien et qui surtout plaisait à tout le monde :
« Mowgli Chéri qu’on va t’appeler et… tu seras un homme mon fils ! »
Rudyard était forcément content… Et puis tous les autres aussi…
Mais c’est à partir de ce moment que cela s’est gâté…
Notre petit Mowgli, bien sage jusque là, a commençé à changer, plus du tout le même à vrai dire. Il devenait de plus en plus arrogant, ne disait plus bonjour à personne, et crachait même par terre en jurant. On ne le reconnaissait plus notre charmant loupiot… Et puis surtout, il a commencé à écrire toutes ses horribles choses sur nous… Des critiques littéraires qu’il appellait cela… Mais comme si on en avait vraiment besoin nous d’avoir des critiques… ! Devenu un sacré pinailleur maintenant notre Mowgli, le voilà qui passait des heures et des heures à éplucher tous nos textes en long et en large, à compter nos vers les uns après les autres, à étudier les rimes, et la densité du contenu, et la syntaxe, et que sais-je encore… Bref… rien n’était assez bon pour lui !
« Et vous avez cette vanité de vous prétendre écrivains avec des textes pareils… ?! Mais mes pauvres amis ce ne sont là que des ramassis de phrases mornes, ennuyeuses, sans aucun intérêt, et de surcroît truffée de fautes d’orthographe… ! Bon… Qui est dans la Pléïade ici… ? Qui… ? Allons levez les doigts que je vois ça… Quoi vous aussi Paul VALERY… ?! »

Alors, finalement, on a fini par le foutre dehors avec un bon coup de pied au cul ! Retour à l’envoyeur ! Seul le vieux HUGO a versé une petite larme, mais sous ses apparences, c’est quand même un grand sensible notre barbu, il faut toujours qu’il chiale, pour un oui, pour un non.
Et puis ensuite, on l’a vite oublier… ce petit mariole…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s