Vivian.

9h30.
Vivian est un garçon charmant. Et l’amant idéal.
Le soleil est déjà haut dans le ciel mais nous sommes encore serrés l’un à l’autre dans ce grand lit. Mon nez dans sa nuque, je rêvasse. Cette fois, j’en suis certaine, je suis amoureuse…
 » On devrait se lever tout de même, non ? T’as vu l’heure un peu… ?!
—…Mais on s’en fiche de l’heure… ! On est si bien, là, tous les deux !
Il se tourne et m’embrasse tendrement. Je caresse son beau visage.
—…Vivian…
—… Quoi… ?
— …Non… rien… !
Il m’embrasse encore. Je l’aime…
11h30.
Je reviens du village. On n’avait absolument rien à manger. Tous les placards sont désespérément vides dans cette maison.
« Tu sais, depuis la mort de mes grands-parents, cette maison n’est plus la même. De temps en temps, je viens y passer un week-end… C’est quand même un peu tristounet ici… surtout seul…
— Seul… ? Mais tu n’es plus seul aujourd’hui mon chéri… Je suis là maintenant, avec toi ! »
Vivian s’est mis en tête de mettre un peu d’ordre pendant mon absence. Cet homme est parfait.
Lorsque j’apparais dans l’encadrement de la porte d’entrée, il me sourit. Je frissonne un peu. Toutes les fenêtres de la maison sont grandes ouvertes.
— Tu as froid… ? J’ai aéré… cela sentait tellement le vieux ! Mais si le courant d’air te gêne, on va refermer maintenant… ?
— Non, laisse donc… ça ira… Dis, c’est incroyable ce que les gens du coin sont drôlement sympathiques… je me suis déjà fait plein de copines sur le marché ! Et puis quelques copains aussi !
— Ah bon… ? As-tu trouvé des fraises ? J’adore les fraises !
— Bien sûr ! Et puis de bons fromages de chèvre aussi… tu aimes le fromage de chèvre… ?!
15h30.
Je crois que je n’aurai pas dû boire autant de vin pendant le repas. Du garage, Vivian a sorti deux vieilles chiliennes sur lesquelles nous nous sommes allongés. Il fait si doux dans ce jardin. Je crois que je n’ai jamais été aussi bien de toute ma vie. Je donnerai sans hésiter tout ce que je possède pour que ces instants merveilleux durent une éternité.
— Dis… Est-ce que tu as entendu parler de cette jeune femme habitant le village et qui aurait disparu depuis plus d’un mois maintenant ?
—…Non… Je ne suis pas au courant de ça…
— Pourtant sa photographie est placardée un peu partout… Elle était vraiment très belle, cette fille…
Un nuage passe devant le soleil. Je frissonne encore. Nous ne sommes qu’au début de l’été.
— Et il paraît que ce n’est pas la première qui disparaît ainsi dans la région…
19h30.
Nous avons déjà faim. Et soif aussi. Vivre d’amour peut-être… mais certainement pas d’eau fraîche ! Apéritif sur la terrasse, j’abuse encore du rosé, et Vivian, un peu de moi. Mais je ne m’en lasse pas.
— Tu as pris de belles couleurs cet après-midi…
— Alors passe-moi donc un peu de crème dans le dos, si tu veux… mais n’en profite pas, hein… ?!
Pour le dîner, Vivian propose de nous faire un taboulé. J’adore ça. Il nous faut simplement un peu de menthe fraîche.
— Il y en a là-bas, au fond du jardin… !
Alors je file en ramasser. Quelque chose brille dans la terre et attire mon œil. Une chaîne en or, avec un petit pendentif en forme de cœur. Exactement le même que portait cette jeune femme sur les affiches. Je frissonne encore…
— Tiens, je t’ai apporté un lainage… regarde… tu trembles, mon amour…

7 Replies to “Vivian.”

  1. Georges Simenon est un enfant de chœur. Mary Higgins Clark une romancière ringarde. Henning Mankel peur aller retrouver ses chiens à Riga. Agatha Christie peut baiser ‘tranquilos’ avec Hercule Poirot dans l’Orient Express. Peter Cheyney peut faire mourir son héro démodé Lemmy Caution. Fred Vargas on n’en parle pas car je crois qu’elle est amoureuse de Violette Rétancourt et du commissaire Adamsberg. Harlan Coben n’intéresse que les Juifs. Dan Brown c’est qui déjà ? Ian Fleming n’est qu’un double zéro… sept. Et même Arthur Conan Doyle peut casser la pipe de Sherlock Holmes.
    Il n’en restera qu’un : Etienne Salgrenn, futur Nobel de littérature à suspense !

    Salut l’ami et félicitations pour ton humour assez macabre, il faut le dire…

    J'aime

    1. Étienne Salgrenn ? Tu veux parler de mon cousin espagnol ? « Étienne, Étienne… tiens-là bien… ! »
      Merci pour ton commentaire. Si seulement tu pouvais avoir raison…
      J’espère que tout va bien chez vous et que vous tenez le coup. Amicalement, ERNEST (!)

      J'aime

  2. Un homme si parfait, un amant si excellent, un homme si parfait d’après cette femme amoureuse… bizarre !
    Trop « tout » pour être un honnête homme mais elle ne s’est guère posée question puisque trop amoureuse et totalement aveugle. Et pourtant, elle aurait pu faire marcher ses méninges : son amant connait le village, la maison de ses grands-parents, il semble bien la connaitre mais, par contre, il n’est pas du tout au courant de plusieurs disparitions dans ce village.
    Elle ne pense qu’à une chose : les bons moments qu’elle va passer avec ce cher Vivian.
    C’est une gourmette va lui ouvrir les yeux …trop tard.
    Ce récit donne froid dans le dos : il commence dans l’érotisme, continue dans le stupre, le désir et le plaisir et se clôt avec des disparitions et des sous-entendus de meurtres.
    La dernière image nous le laisse nous imaginer « s’occupant » de sa victime. On ne sait comment il va agir mais on devine où elle finira.
    Dis-moi, Salgrenn, tu veux te faire l’égal des plus grands auteurs de romans policiers et de romans noirs ? Dans ce cas, la Agatha, la Vargas, le Conan Doyle et son détective démodé peuvent aller se coucher et cesser définitivement de scribouiller : dès le jour où tu éditeras deux ou trois livres de et acabit, ils seront dépassés, balayés et relayés aux rangs de ringards et tes lecteurs n’oseront plus sortir le soir où avoir un amant ou une maîtresse.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s