Que les rats envahissent le Monde…

Dimanche 10 mai.
Ce matin, mais cela couvait insidieusement depuis un bon mois, je me suis levé avec la boule au ventre. Une crise d’angoisse. Et je me cramponne à mon stylo bille, tel l’hypotendu vertigineux à son rideau de douche aprés s’être relevé trop vite d’avoir ramassé une savonnette…
Oui, j’angoisse… j’angoisse et je panique, parce que demain, ça y est : on déconfine… ! Demain, on lâche les cons ! Tous ces cons dont je fais, moi aussi, partie… On nous lâche, nous les cons de ce pays, sans aucune préparation, comme on lâcherait des faisans dans la nature la veille de l’ouverture de la chasse… Ni plus, ni moins…
Alors, depuis ce matin, comme la plupart d’entre-nous, je prépare ma sortie de déconfinement, n’ayant qu’une seule et unique idée en tête : les vacances… ! Mais où irons-nous cette année ? Et la voilà bien cette fameuse question qui m’angoisse tant… « Où irais-je donc passer mes vacances d’été… ? » !
Au bord de la mer ? Et pourquoi pas… J’avoue volontiers que l’idée d’aller me vautrer à demi-nu dans le sable qui pue la pisse, ou bien encore de me ruiner le dos sur des galets ronds et durs, me tente assez. Se fondre ainsi dans la masse agglutinée d’un troupeau de bêtes toutes suintantes de crème solaire bon marché n’aurait de surcroît cette année –virulente ô combien– que des avantages certains. La promiscuité me plaît, et m’a toujours plu. Et je ne suis pas le seul dans ce cas-là. Ainsi je n’ai pas honte de le dire : rien ne m’exciterait plus que de passer trois semaines de congés payés dans l’un de ces immenses campings de bord de mer, villages de bungalows bien serrés et bien quadrillés, où, avec bobonne, en maillot une pièce, et toute ma marmaille braillante, nous nous entasserions des après-midis entières dans une pistoche surdimensionnée et hyper-chlorée, attendant tous, avec cette impatience qui caractérise les grands évènements à venir, la soirée karaoké du mercredi soir…
Plouf ! Plouf, et replouf… !
Ou la montagne ? J’hésite… Le silence des grands espaces naturels, l’air pur revivifiant, la fraîcheur des nuits d’été, la gentillesse proverbiale des autochtones… tout cela me fait un peu peur… Et suis-je vraiment préparé… ? Non, décidément, oublions la montagne, trop peu de monde à croiser m’inquièterait plus qu’autre chose…
Reste plus que la campagne. La bonne vieille campagne de l’intérieur de nos terres. Bien franchouillarde à souhait. Cette belle campagne qui sent bon le purin inondant les champs de colza pour le bio-carburant, ainsi que le vieux sans âge. D’ailleurs, il doit bien me rester un peu de famille éloignée quelque part en Corrèze… à moins que ça ne soit dans la Creuse… je ne sais plus…
« T’inquiète donc pas comme ça, mon chéri… dans trois semaines, c’est reparti comme en Quatorze, tu verras… ça ne coupera pas… ! »
Ma Simone, elle a toujours su me remonter le moral.
C’est aussi un peu pour cela que je l’aime…

2 Replies to “Que les rats envahissent le Monde…”

  1. Mon pauvre Salgrenn, voilà que tu angoisses comme une bête ! Ne panique pas c’est on ne peut normal : tu te retrouves comme ces animaux restés quelques années dans des zoos pour y être soignés dans les meilleures conditions, des animaux qui ont grandi dans un environnement très proche de leur environnement naturel et que, un beau matin, on relâche dans la nature pour qu’ils se débrouillent !
    Au début ils paniquent comme des fous, ne savent pas où aller puis, finissent par s’habituer, l’instinct reprenant le dessus.
    Pour ce qui est des vacances, ta Simone a bien raison : dans deux semaines il n’y paraitra plus. Tu seras moins en état de choc. Si le fait d’aller te vautrer à la plage te rechigne encore, si tu as toujours peur d’être enfermé avec d’autres charlots dans un de ces trucs qu’on ose encore appeler camping, si tu crains la solitude des grands espaces montagnards, achète-toi une belle tente et lance toi dans le camping sauvage en proposant au paysan du coin qui te prêtera un bout de terrain de l’aider à nourrir ses bêtes ou à faire les moissons.
    Tu verras, ça permet de faire de l’exercice, d’échapper aux vulgaires cons de la ville et des plages bondées, aux piscines où il ne te reste que 1 mètre carré pour nager.
    En plus, ce retour à la terre, la vraie, te permettra de goûter à la vraie nourriture, celle qui est saine et de savourer les produits du terroir : ça te changera des produits vendus au bord des plages ou la soit disant cuisine des campings.
    Bon déconfinement Salgrenn !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s