Mauvais sang ne saurait mentir.

Mauvais sang ne saurait mentir. Ainsi, ai-je tué mon Roi, et ma Reine.

J’admire, serein l’innocent aux mains pleines, mes géniteurs qui se mirent dans une mare écarlate et suave. Nous ferons demain chacun, les gros titres à la Une. À la Une…

Cette mère corail où voguait ma galère, rayant de ses tranchantes attaques une coque si fragile, mère étouffante aux écumes redoutables. Petit prince furieux, alors, tu peux… et de deux…

Pater nostra, vil et dur, père de toutes les violences, et un subtil mélange, messieurs-mesdames, d’acier et de feu, de fiel et d’acide, ne tabassera plus l’enfant do qui dormira bientôt… meurs la bête, meurs…et d’un, de deux, et de trois… et de trois, à la fois…

3 Replies to “Mauvais sang ne saurait mentir.”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s