Chapitre 30. C’est Pignol, c’est Pignol !

J-2. Villa Mektoub. Début de soirée.

« Mais… tu t’es rasé la barbe… ?!

— Oui… et les dessous de bras aussi !

— … Hein… ?!

— Non, je plaisante ! Enfin, quoi… Julius ! Crois-tu réellement que ce soit cela le plus important ?! Explique-moi plutôt ce que vous fichez ici tous les deux, avec Marcel… et puis… c’est quoi ces accoutrements… ?!

Et ils me racontent…

«…Donnez le nombre exact de jours passé sur son île déserte par le célèbre héros du roman de William Defoe : « Robinson Crusoé »…»

La bonne réponse était : dix mille trois cent sept jours, soit vingt-huit ans, deux mois et dix neufs jours, en n’oubliant pas de tenir compte, et c’est là que se trouvait le piège, des années bissextiles…

Ernie Morkustein avait eu cette idée pour sélectionner les deux nouveaux candidats à la descente…

Deux batteries de quarante questions chacune, et à l’issue, on avait tout simplement fait la moyenne et le tour était joué ! Cela ne m’étonnait guère, car avant d’être là-haut, Morkustein était producteur de jeux télévisés. Aussi pour ce genre de chose, il savait faire comme personne.

Mais pas que pour cela… ce Morkustein possédait plusieurs cordes à son arc…

Il avait excellé également dans un art délicat, et difficile s’il en est, consistant à torturer de pauvres petits gars, dans l’intimité feutrée et bien insonorisée d’une grande cave toute bien aménagée pour la circonstance dans cette magnifique villa qu’il possédait du côté de Santa Monica, Californie, demeure d’exception tout là-haut sur une colline où résident les gens aisés du coin. Piscine à débordement, vue panoramique sublime sur le Pacifique, et surtout, comble du raffinement, des voisins assez peu curieux…

Pas spécialement un tendre donc, l’Ernie, ainsi les autres questions furent à peu de chose près du même acabit.

Mais, avant cela, avant de lancer cette sélection des candidats à la descente, ils avaient du se résoudre à en éliminer quelques uns d’office. Rapport à leurs faciès beaucoup trop reconnaissables…

Adolf, par exemple, avait été recalé d’entrée. Bien trop risqué, on l’aurait sans aucun doute reconnu tout de suite, les gens d’en dessous n’ayant certainement pas encore oublié sa sale tronche de cake à la ridicule petite moustache carrée… !

La « Voix à Daddy » les avait averti des problèmes observés en bas, leur apprenant que cela ne se passait pas exactement comme prévu, et affirmant que je n’arriverai jamais à m’en sortir seul. Livré ainsi à moi-même, je m’appliquais depuis le départ à faire tout et n’importe quoi, laissant assez peu d’espoir dans une résolution au problème avant la fameuse date butoir !

«Intervenez rapidement, mes chers amis, sinon… tout va péter ! Oui, tout va péter !»

Alors, après moult discussions de plus en plus animées, ils s’étaient finalement résolu à en faire descendre encore deux autres du Staff. Du jamais vu depuis tout ce temps où l’on s’activait à essayer de calmer le jeu plus bas. Mais cette fois-ci, il ne fallait surtout pas se tromper… d’où cette idée de questionnaire émise par Morkustein, afin de sélectionner à coup sûr les deux plus dégourdis d’entre-eux.

Celui qui réalisa le meilleur score, mais ce n’est pas véritablement une surprise connaissant les aptitudes intellectuelles du bonhomme, fut mon ami Julius, avec, tenez-vous bien… quatre-vingt bonnes réponses ! Un sans-faute, donc ! Même pour les années bissextiles, il n’était pas tombé dans le panneau ! Et de ça, l’ignoble Ernie Morkustein n’en avait pas cru ses petits yeux porcins !

Le second du classement, avec tout de même une moyenne très honorable de trente-six virgule cinq, se trouva être Marcel, notre égorgeur de petites vieilles. Un score remarquable, mais plutôt surprenant à première vue, pour une telle brute n’ayant même pas obtenu son brevet des collèges. Mais, c’est négliger que vingt-cinq ans de QHS, si on aimait un tant soit peu lire pour passer le temps entre deux promenades dans la cour avec les copines, pouvait à la longue vous apporter une érudition en béton… !

Toujours est-il que le sort en avait décidé ainsi : ce serait donc ces deux-là qui descendraient pour me retrouver, et me filer ensuite un coup de main… The last chance before Big Bang… !

Puis, comme à l’habitude, la « voix à Daddy » leur promis une enveloppe cachetée contenant des instructions supplémentaires, et le coureur en sandalettes de cuir, tout en sueur, déboula dans la salle, cinq minutes plus tard. Je ne sais pas qui se cache réellement derrière la « voix à Daddy » mais en tout cas… il, ou elle, s’amuse bien… !

«Allez… bougez-vous le cul, maintenant !»

Voilà ce qu’ils découvrirent en décachetant l’enveloppe ! Si ça, ce n’est pas se moquer ouvertement de la gueule des gens, je ne sais pas trop ce qu’il vous faut ?!

Pour terminer, mes deux zozos me racontent ensuite leur descente dans le noir, l’odeur de cramé qui te prend au nez, normal, et puis la surprise de se retrouver catapultés ici, enfin là, juste à coté, dans une merveilleuse salle de bain avec de fabuleux robinets plaqué or…

«… Comme j’te le dis, mon vieux… en plaqué or ! Est-ce que tu t’imagines un peu le luxe dans cette baraque ?!»

Marcel est finalement très midinette dans son genre, difficile parfois de l’imaginer affûtant consciencieusement un coupe-choux des heures entières avant d’aller égorger une petite mamie en bas de chez lui…

Et puis, comment, par une chance inespérée, il faut bien le dire, ils tombent sur un gugusse plutôt efféminé (et je comprends assez vite de qui il s’agit !) qui les confond avec les deux clowns prévus pour égayer la soirée… Un scénario qui n’était pas sans me rappeler quelque chose de déjà vécu, il y a de ça deux jours à peine…

«…Une malencontreuse méprise, bien entendu, mais on s’est dit qu’après tout ce n’était pas plus mal ces déguisements pour passer inaperçu !»

C’est à mon tour maintenant de leur narrer mes exploits…

Mais, je ne vous cache pas que je ne suis pas bien fier de moi.

Et encore, il n’est certainement pas question de tout leur raconter…

Ainsi, j’occulte tout ce qui concerne le chapitre «Voluptés sensuelles en caravane surchauffée»… Une omission qui me semble indispensable afin de ne pas trop compliquer inutilement le récit de mes aventures…

« Donc, si j’ai bien compris, et pour résumer en deux mots : le Président français veut déclarer la guerre aux Chinois… ? Et tout ça pour une simple histoire de petits oiseaux qui perdraient leurs plumes… ?!

— Oui ! Enfin… dans les grandes lignes c’est à peu près ça ! Et c’est pour cette raison que je suis ici ce soir car j’ai appris, grâce à Zoé et aux réseaux sociaux, qu’il était invité à cette soirée… bon… maintenant que vous êtes là tous les deux : vous allez pouvoir m’aider ! Il faut absolument que l’on trouve une solution pour le faire changer d’avis… et cette fois, c’est sûrement notre dernière chance, les gars ! C’est ce soir ou… jamais !

— … Zoé… ?!

— Hein… ? Oui… pardon ! Il est vrai que je ne vous ai pas encore parlé d’elle… c’est une amie… et croyez-moi, elle m’a rendu bien des services… enfin… je veux dire que sans Zoé, j’aurai certainement ramé encore plus !

— … Une amie… ?! Tu t’es fait une amie… ?! Toi… toi, tu t’es fait une amie… ?!

— Oui, quoi ? Et alors… ?! Je ne vois vraiment pas ce qu’il y a de si étonnant à cela ?!

— Non… rien… rien… mais alors… du coup… je comprends mieux maintenant pour la barbe !

J’avais oublié que Julius pouvait être aussi pénible parfois…

C’est à cet instant précis de notre conversation que nous l’avons remarqué, le vieux… accroupi derrière le barnum des lutteuses bulgares…

Un vieux du genre qui ne paye pas de mine, costard gris beige et cravate à pois, tout occupé à reluquer ces demoiselles par dessous leur toile de tente, une main fourrée dans sa braguette…

« Hé, ho… ! Vous là-bas… ! Mais vous n’avez pas honte… ?! À votre âge, quand même ?!

— Qui… moi… ?!

— Ben, oui, vous ! Vous faites quoi, là… ?!

— … Rien… ! J’ai perdu mes lunettes… !

Quelques secondes plus tard…

« …M’enfin ! Lâchez-moi ! Ou sinon je crie et j’appelle la sécurité !

Ce type, à classer sans hésitation dans la catégorie « vieux dégueulasse », se débat comme un beau diable… Marcel, qui s’est chargé de le choper, le maintient maintenant fermement par le colbac. Notre Marcel a encore de beaux restes ; il ne fréquentait pas que la bibliothèque au cabanon ; il se rendait aussi tous les jours à la salle de musculation pour soulever de la fonte…

— Mais… c’est nous, la sécurité ! Vieux vicelard !

— … Vous… ?! Des clowns… ?!

— Hé, ouais ! Des clowns ! Tu vois, l’ancêtre… on se méfie jamais assez des clowns !

— … Et moi, je suis le père du Président de la République française… ! C’est mon fiston, le Président ! Alors, je vous garanti que vous allez avoir de très graves ennuis si vous ne me relâchez pas tout de suite !

— Le Président… ? Lequel ?! Gonfarel ?

— Mais non… espèces de pauvres minables ! Pas celui-là ! L’autre ! Le vrai ! Celui qui y est en ce moment !

Et Bam… ! Bon… Marcel, faut pas trop le chercher non plus… on a beau avoir une éthique, ce n’est pas toujours évident de la respecter scrupuleusement !

Et une beigne, lorsqu’elle arrive bien à propos, comme ici, cela n’avait jamais fait de mal à personne ! En tout cas celle-ci l’avait drôlement bien calmé, le pervers… voire peut-être assommé pour de bon… !

— … Chou… ! Mais qu’est-ce que tu fiches encore… ?! Et qui sont ces deux clowns… ?! Mais… attendez donc un peu… vous ne seriez tout de même pas en train de maltraiter ce pauvre petit vieux, là… ?! Oh, merde, Chou ! C’est pas croyable ! Est-ce que tu veux bien m’expliquer, s’il te plaît… ?!

— … Chou… ?!… J’ai bien entendu… elle t’a appelé Chou… ?!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s