Snow.

Hier matin, j’ai tué un ours. Un pas très gros, c’est vrai, mais un ours tout de même.

9H00. Et la mère Josette est déjà là. Elle me fait chier la mère Josette… toujours à l’heure, celle-ci. Je l’entends se secouer bruyamment les pieds sur le paillasson. Il neige dehors…

« Alors, comment ça va aujourd’hui, m’sieur Albert ? »

Toujours à l’heure et toujours cette même question. Tous les matins. Et ça fait dix ans que cela dure. Chiotte, tiens !

— Thé ou café… ? »

Quelle conne ! Elle sait très bien que je ne bois jamais de café. Ça m’énerve, le café. Et ça me donne des aigreurs d’estomac.

— Thé, bien sûr… et avec une cuillère de miel ! Vous l’oubliez à chaque fois… « 

— Oh… mais c’est qu’il n’a pas l’air de très bonne humeur, mon p’tit monsieur, ce matin ?!

Mon p’tit monsieur… mon p’tit monsieur… ! Non ! Je ne suis pas son p’tit monsieur ! Et je ne serai jamais son p’tit monsieur ! Elle peut bien se le carrer où je pense, son « peu-tit-meu-sieu » !

— Et vous avez vu qu’il neige encore… ?! Et ça tombe drôlement fort même ! Y z’ont prévu au moins cinquante centimètres de plus pour aujourd’hui ! J’vous dit pas ce bazar qu’c’est dehors pour circuler… reus’ment que j’viens en métro, moi !

Bien entendu, que je la vois la neige tomber dans le jardin ! J’perds peut-être un peu la boule, mais j’suis pas aveugle, non plus !

— Pas de courrier aujourd’hui ?

— Non ! Vous attendiez quelque chose ?

— Non… !

C’est exact, je n’attends rien. Rien…

Elle ramène un plateau avec mon thé et une madeleine. Attention : une, et pas deux, des fois que je prendrais du poids à trop bouffer ! Ah, quel con, lui aussi, ce toubib ! Tiens, je l’emmerde comme les autres, lui et son cholestérol ! J’ai quatre-vingt balais maintenant, alors merde, laissez-moi donc crever tranquille !

— Mais… qu’est-ce qu’elle fait posée là, vot’ carabine ? Vous savez bien que vous n’avez plus le droit de la sortir de l’armoire ! Attention, monsieur Albert… attention que je vais l’dire à votre fils si vous continuer comme ça… ! Et on va finir par vous confisquer les clés pour de bon ! Vous savez bien que c’est pas raisonnable, ça, m’sieur Albert !

— Je l’ai nettoyée… elle en avait besoin…

Pas raisonnable ? Et alors ?! Est-ce que c’est interdit de ne pas être raisonnable de temps en temps ? Et puis, une arme, ça s’entretient, sinon ça s’abîme ! Mon fils… ? Mais j’aimerai bien voir qu’il m’interdise quelque chose, ce grand con-là ! P…. , quand je pense que dans quinze jours c’est Noël, et j’vais être encore obligé de me taper sa jolie petite famille toute une journée durant…

«Faites la bise à Papy, les enfants, allons, faites la bise à Papy !»

Y s’est pas rasé depuis trois jours, le papy, et pas lavé non plus. Y pique et y pue ! L’a fait exprès, papy… ! Sales gosses qui touchent à tout chez moi, et moi, j’aurais pas le droit de toucher à ma Winchester ?! Petits cons… !

— Vous voulez que je vous lise le journal ? Mais y’a pas grand chose d’intéressant aujourd’hui… !

— Alors, c’est pas la peine… si y’a rien d’intéressant comme vous dites !

— Ah, si… ! Y’a votre voisine, madame Ballu… elle a disparu depuis hier matin… partie de bonne heure de chez elle, avec son manteau de fourrure sur le dos… et depuis plus aucune nouvelles… fuittt !… disparu, la mère Ballu… !

— Fourrure… ? Et quoi, comme fourrure… ?!

— J’sais pas ! Mais tenez… regardez donc… y’a une photo… ! Du loup, peut-être… ?

— Non, Josette ! c’est de l’ours… oh, oui, c’est de l’ours, ça… !

Et la neige tombe sur Paris, épaisse, et recouvrant tout…

14 Replies to “Snow.”

  1. Toujours de la part de Norbert, qui voit mieux mais pas encore assez pour lire et écrire lui-même:
    Salut Ernest, l’autre jour j’étais jaloux que tu sois mort sans me prévenir, jaloux aussi que ce soit Saint Pierre qui se régale de ta prose avant moi!!
    Quant à l’ours, moi aussi je prends parfois des vessies pour des lanternes et toutes les madames Ballu ont intérêt à faire gaffe si elles s’approchent trop de chez moi sans masque!!

    Aimé par 1 personne

  2. Donc, vous écrivez aussi? Je viens simplement poser un commentaire pour doubler Jourd’humeur. C’est sympa, comme nouvelle. Le genre d’humour qui me plait.

    J'aime

  3. Bravo ! Félicitations ! Tu as tué un ours. Et même si ce n’est pas un gros ours tu vas te retrouver avec le WWF, la S.P.A et la fondation de la Bardot aux trousses. Tu es mal barré Salgrenn !
    Tuer un animal protégé! Tu aurais pu t’abstenir ou choisir une proie qui n’est pas en voie d’extinction. Tu avais le choix non ? Tu aurais pu tirer sur des pigeons, des étourneaux, des blackblocks ou des bobos écolos. Ces races là, ce n’est pas ce qui manque non ? Tu avai le choix.
    Et ta voisine qui te propose une boisson chaude en plein hiver ? Tu pourrais être plus aimable avec elle et, au passage, lui demander un peu plus de miel pur attirer le prochain ours puisque ça semble être tes proies du moment.
    Mais quand même, je suis surpris d’apprendre qu’elle a pris le métro. Ainsi, il se trouverait des ours en plein Paris qui se baladeraient en liberté ? Je sais que le réchauffement climatique dérègle toutes les saisons mais à ce point là, je n’aurais jamais cru.
    Elle menace de parler à ton fils parce que tu t’es servi de ta pétoire ? Comment ça ? À 80 balais tu continues d’obéir à ton fils et tu te laisses faire ? La prochaine fois, sors ton martinet et sévis durement pour montrer qui est le père !
    Mine de rien, ils ont l’air sympa ton rejeton et sa petite famille : oser te faire de telles remarques désobligeantes le jour de Noël et mettre le bazar ce jour là : quand ils passent, c’est l’invasion des Huns quand ils passent ou quoi ?
    Et ton autre voisine, la mère Ballu qui a disparu : c’est sûr, les pandores vont faire une enquête alors planque bien ta Winchester ou enterre-la. Mais tout de même, s’habiller avec un manteau en fourrure d’ours en plein hiver, il faut être un peu c…
    Toujours est-il que je me disais bien au début : un ours un plein Paris c’était douteux. Il va tout de même retourner chez l’ophtalmo avant de repartir chasser dans Paris mon cher Salgrenn mais cette fois choisis d’autres proies.

    Aimé par 1 personne

    1. Méfies-toi, miss Do ! Entre Ernest et Jour d’humeur, tu risques (tout comme moi) de te retrouver couverte d’une peau d’âne ! Ces deux ronchonnaux sont terribles, mais comme l’hiver approche, une bonne pelisse au-dessus de la couette finalement c’est du bonheur !

      Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s