Belle-de-jour.

Avant de vous livrer ma dernière composition, et il s’agit aujourd’hui d’une chansonnette, quelques nouvelles de l’artiste : malgré ce silence de presque deux semaines, et un dernier post plutôt mélancolique, je l’avoue (pour ne pas dire triste à mourir !)… il va bien ! (oui, je sais, je parle de moi parfois à la troisième personne, mais c’est mon petit côté Delonnesque)

Très bien même, ce matin, car je viens de me rendre compte que la barre des 10000 (dix mille !) lectures de mon roman « Le coup du Dodo » avait été dépassée sur la plate-forme SCRIBAY.com ! Ce qui bien entendu me fait énormément plaisir, et me laisse surtout à imaginer que cette œuvre puisse un jour trouver le chemin de l’édition conventionnelle. Ceci dit en passant (vite, j’ai de bonnes jambes !) ceci est d’autant plus remarquable que ce roman n’est pas encore terminé ! D’ailleurs, à ce propos… faut que j’y retourne ! Bye, bye, à la prochaine, les amis !

Belle-de-jour.

Belle-de-jour, petite flamme en perdition

Dangereuses liaisons en macadam version

Se donne en spectacle, long d’un trottoir

Écarlates pulsions d’un abîme si noir

Effusions de nos lèvres, secret chuchoté

Abandon de ses rêves, le cœur toujours menotté

La nuit, lorsqu’il fait noir, la Belle se donne à voir

Cinq à sept, d’adultérines promesses

Infidèles addicts avares de caresses

Fieffés bonimenteurs, coquins menteurs

Si pressés de jouir, œil rivé sur l’heure

Hôtels du malsain, alcôves anonymes

Abritent en leur sein de bien tristes déprimes

La nuit, lorsqu’il fait noir, la Belle vous donne à voir

Redresseurs d’âmes dont l’ombre plane

Voyeurs obscènes, sous vos belles soutanes

Bondieuserie puante, Machiavel pâles

Derrière la vitre sans tain, criez scandale

Dénonçant l’illicite, le sexe trop explicite

Pourtant le monde sait comme cela vous excite

La nuit, lorsqu’il fait noir, la Belle leur donne à voir

Sous draps de soie, l’amour n’a pas de loi

Oublié les contrats, c’est chacun pour soi

Perce alors ce désir d’étreintes toxiques

Corps déchirés, dézingues érotiques

Mais sous sa poitrine nue, il berce encore

Ce tendre espoir d’aimer, mais d’un amour plus fort

La nuit, lorsqu’il fait noir, la Belle nous donne à voir

Refrain (ou pas… !):

Dieu, que la vie joue bien des tours

aux amoureux éperdus

à tous les amants perdus

éperdus d’amour… éperdus d’amour… d’amour…

Texte : Ernest Salgrenn ® (tous droits réservés).

23 Replies to “Belle-de-jour.”

  1. Bon jour,
    Pourquoi ne pas mettre directement un lien Scribay vers votre œuvre ?
    (Je suis inscrit sur cette plateforme depuis le début mais suite à un changement de « design » y a un certain temps, j’ai abandonné ce réseau … 🙂 )
    Max-Louis

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour iotop ! Le texte est également présent (et il s’agit de la dernière version) sur le blog. Toutefois, je conviens que sa lecture est peut-être plus aisée sur SCRIBAY.com. Il est aussi intéressant d’y lire les commentaires de certains lecteurs (trices). Ce site, découvert par hasard (j’étais encore novice de tout ceci il y a à peine un an de cela, ne l’oublions pas !) est un tremplin intéressant, et il m’a permis des échanges avec des gens aguerris dont les conseils fûrent avisés. Je reste d’ailleurs friand de vos avis à tous. À bon entendeur, salut !

    Aimé par 2 personnes

  3. C’est un joli poème, pas très gai, mais je suppose que c’est la période morose qui joue des tours à l’âme.
    J’attends toujours l’entier de ton roman pour me mettre à sa lecture, je n’ai aucun doute quant à l’intérêt qu’il suscite, mais je ne voudrais pas rester sur ma faim si la sienne (de fin) se faisait trop attendre.
    Amuse-toi bien ! 😉

    Aimé par 1 personne

  4. Merci, Dominique ! Je ne sais pas si c’est la période, vraiment, ou bien plutôt l’inspiration du moment. Mais, peut-être qu’inconsciemment après tout, je me laisse prendre aussi par cette atmosphère tristounette de début d’année (qui se présente assez mal… ). Comme je te l’ai déjà promis : je t’enverrai dès parution papier un exemplaire dédicacé ! Patience…

    J'aime

  5. Dix mille lecteurs, c’est un excellent score ! Je n’en aurai certainement pas autant à mon enterrement (mais tant que les croque-morts feront la grimace, le résultat me semblera très satisfaisant pour conserver mes pages blanches).
    J’espère que tu trouveras un éditeur papier, il n’y a pas de plus grand plaisir que d’en tenir un en main (l’été, il sert d’éventail et l’hiver il réchauffe les cœurs!)
    Jean Claude Carrière est mort aujourd’hui, brillant homme scénariste notamment de Belle de jour, le film de Bunuel. Du coup, tu es dans les clous (et ton poème itou). Paroles JC C. :

    Amitiés
    AK

    Aimé par 1 personne

  6. Ce texte est beau et plein de tendresse pour ces belles de jour que certains hypocrites dénoncent mais ils profitent souvent bien.
    Un texte fort qui laisse entendre que ces belles sont les victimes de vicieux et de voyeurs mais que, dans les corps de ces victimes, bat un cœur qui ne demande qu’à aimer.
    Un texte qui nous prouve que ces belles sont des femmes qui n’espèrent qu’à une chose : trouver un homme sincère qui les aimera pour ce qu’elles sont : des femmes aimables qui peuvent être aimées et qui sont capable de donner autant d’amour qu’elles en reçoivent.

    Aimé par 1 personne

  7. Une lacune dans ton site… on me propose ‘ajoutez un commentaire’… j’ouvre et ne trouve qu’une case (pas celle de l’oncle d’Afrique) intitulée ‘votre commentaire’.

    Et si j’avais DEUX commentaire à faire passer?
    J’espère que WordPress me permettra une exception:

    1° Heureux que ton coup de ‘blues’ soit passé et que tes propos respirent à nouveau la joie de vivre!

    2° Le texte de ta chanson est sublime, même bandant, presque du Brassens ou du Trenet.

    Salut l’ami, depuis un camping du bord de la Méditerranée, ‘périmétralement’ enfermés à Motril!
    Mais, rassure toi, la prison est dorée!

    Aimé par 1 personne

  8. La prison pour certains c’est surtout dans leur tête, non… ? Et puis du moment qu’on est avec ceux (ou celle) qu’on aime (et puis surtout qu’on a de quoi bouffer et boire !). Moi, la mer (qu’on voit danser) et les golfs clairs, je les vois pas d’ici, mais j’imagine… et c’est bien ça, le principal !
    Deux ou trois indications sur ta situation et… hop ! Me voilà à vos côtés, caressant le toutou, et sirotant une anisette… ! Et ça me coûte pas un rond, en plus !
    Amicalement.

    J'aime

        1. Joli compliment ! Je suis touché. Un ami (chanteur, lui) et son groupe me font l’honneur de travailler sur une mélodie susceptible d’accompagner ce texte. Je ne manquerai pas de faire un rétro-lien sur l’enregistrement dès que cela sera abouti. Merci encore pour vos passages et commentaires sympathiques. Bonne journée.

          J'aime

  9. Tu nous a coupé le sifflet d’office sur le texte suivant, ou est-ce un oubli d’ouverture des commentaires ? Bon, tu nous diras que maintenant que tu es mort, les comm. n’ont plus beaucoup d’intérêts pour toi… pour autant qu’ils en aient eu de ton… vivant ?

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s