Et pleurer de rire, on peut encore ?

Je ne sais pas toi, lectorat avisé, mais des fois, moi, je tombe des nues ! Et pas plus tard que hier matin…
Petit aparté (et juste parce que suite à une « association d’idées fortuite » : j’y pense d’un coup) : le Nu, c’est ce que je préfère en peinture ! Un simple et succinct dessin d’un sein au fusain me transporte ! Mais n’y voyez surtout rien de malsain : c’est d’art dont il s’agit, rien de cochon là-dedans. Voilà, c’est dit !
Donc, pas plus tard qu’hier matin, (un jeudi, pour ceux qui suivent) tandis que je reluquais tranquillement ma collection d’attestations dérogatoires (douze mille vingt-deux au total, m’en manque que trois mais je ne désespère pas de les retrouver un jour prochain en faisant du ménage), voilà pas que mon téléphone sonne… «dring, dring… !»
— Ouais, c’est qui ? (Suis jamais très aimable au bout d’un fil, par principe).
— C’est moi !
— Qui ça, MOI ?!
— Mais moi, voyons, moi, bien sûr… !
Bon, je le fais marcher, en vérité je l’ai reconnu tout de suite (peut-être que vous aussi, d’ailleurs ?). C’est Benoit. Ben, pour les intimes. Monsieur Benoit Poelvoorde pour tous les autres. Ou, éventuellement, Monsieur Manatane, pour celles et ceux qui avaient encore quelques brouzoufes en poche pour s’abonner à Canal+ dans les années quatre-vingt dix.
Ben, je l’ai connu en atelier de travaux manuels. L’atelier de travaux manuels de la Clinique du Parc (Suisse du sud). On a vite sympathisé tous les deux. De tous les patients, nous étions les seuls à nous intéresser à la pâte à modeler et cela nous a rapproché assez vite. Nous étions aussi les seuls à faire le mur le soir, après le couvre-feu obligatoire, pour descendre nous arsouiller dans un night-club au bord du lac (Léman et brothers), la Grange aux loups. Et ce, jusqu’au petit matin. Hasard, nous avions le même praticien (le vénérable docteur Schmoll-Veigt). Un vrai con, il n’a rien vu !
— Ben ? C’est toi, Ben… ?! (oui, je sais, mes dialogues sont tout pourris aujourd’hui).
— Mais oui, c’est moi ! Bien sûr, que c’est moi !
— Et qu’est-ce qui t’amène ? Une descente de delirium qui se passe tremens ? (Et mes jeux de mots, itou…).
— Arrête tes conneries, Nénesse ! Tu sais bien que je suis clean maintenant…
Sans vouloir trahir le secret médical, et vous savez que je suis plutôt réglo là-dessus, inutile sans doute de vous rappeler qu’il n’y a pas de pire menteur qu’un type qui s’adonne au vice. Et vice-versa. Tout le monde connait la musique : « Qui a bu, boira, qui a pêché, pêchera, qui dort, dîne… etc, etc… » !
— Ouais… (perplexité)
— Dis, t’es chez toi en ce moment ?
— Ouais… (surprise)
— Je me disais que je pourrais p’tête passer te voir, histoire de…
— Histoire de quoi… ?! Histoire de vider ma cave ?!
— Putain, tu fais chier ! J’viens de te dire que j’étais clean maintenant, merde… ! (Vous noterez que dans l’intimité, Benoit Poelvoorde est un garçon plutôt grivois, ce qui n’arrange pas les choses chez quelqu’un qui a d’autre part un physique ingrat).
— Est-ce que tu sais que nous sommes en confinement, ici ? Et que nous n’avons pas le droit de faire plus de dix bornes autour de chez nous ? Tu es tout de même au courant de ça, ou pas ?!
— Oui… mais moi… je suis belge !
— Et alors, raison de plus ! Si moi je n’ai pas le droit de faire plus de dix bornes sans une bonne raison, je ne vois pas comment, toi, tu pourrais te taper Namur-**x-en-Provence (Le nom complet de ma ville de résidence est volontairement caché par mesure de préservation de ma vie privée) simplement parce que ma tronche te manque ?!
— C’est là que tu te goures, mon vieux (Le saligot ! j’ai seulement deux ans de plus que lui !) ! As-tu bien lu la directive du 16 avril dernier émanant de votre ministère de l’Intérieur ?
— … Non… !
— Ben, tu devrais… ! Bon, alors c’est décidé… j’arrive demain !
Là, en tout cas pour ceux d’entre-vous qui n’ont pas encore lu cette fameuse directive du 16 avril dernier, vous devez penser : « Mais, qu’est-ce qu’il nous raconte, Ernest, comme connerie… ?! »
Hé, ben, non… ! Ce n’est pas une connerie du tout, chers amis français confinés et bloqués chez vous depuis bientôt 15 jours ! D’ailleurs, voici le lien : https://www.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Attestation-de-deplacement-et-de-voyage
En effet (selon le paragraphe 2 de cette directive), si vous êtes Belge, Allemand, ou même pire : Roumain (où la pandémie bat son plein) vous pouvez tout à fait venir faire du tourisme en France, et vous déplacer à loisirs sur le territoire national !
Comment que c’est écrit déjà sur le fronton de nos mairies ? Liberté, égalité, fraternité… c’est bien ça, hein ?! Liberté… Liberté, j’écris ton nom, sur les murs de ma prison… !
Alors, pour terminer, et comme dirait quelqu’un d’autre (de plus talentueux) : « Non, mais sérieusement… ! »

14 Replies to “Et pleurer de rire, on peut encore ?”

  1. Bon jour,
    Comme quoi, la vie est injuste … ce n’est pas nouveau …et puis nous sommes gouverné (sic) par des branquignoles (et pas ceux des années très anciennes (je m’aperçois que je suis vieux) qui nous faisaient bien rire) …
    Max-Louis

    Aimé par 3 personnes

  2. Mais qui va aller où, quand tout est bouclé ? On ne peut même pas faire du tourisme chez soi, un comble ! Bon, chez nous les terrasses s’ouvrent lundi-demain ainsi que les théâtres, les cinémas et les salles de fitness (là je comprends moins, avec le bain de vapeurs que chacun va dégager dans l’atmosphère de son voisin, mais bon, il y a des mystères comme ça…).

    Mes amitiés à Benoit !

    Aimé par 1 personne

  3. Je n’y manquerai pas, il arrive demain ! Mais non, tout n’est pas fermé en France ! Les hôtels, les gîtes, les campings sont ouverts (enfin, en tout cas ils ont l’autorisation d’ouvrir s’ils le désirent). Et puis, certains ont des camping-cars ou mieux, des amis français susceptibles de les héberger (si,si, c’est possible…). Donc, les étrangers peuvent très bien venir faire du tourisme en France. Bien sûr, pas de visite de musées ou châteaux, mais ils peuvent se balader tout à leur gré, CONTRAIREMENT À NOUS ! C’est cela qui est trop fort, non ?!

    J'aime

  4. Oui, tu as raison, Dominique. Au retour (si retour au pays, car pourquoi ne pas profiter plus longtemps de l’hospitalité française, pays merveilleux ou la liberté est un droit inscrit dans la Constitution (Attention : uniquement pour les étrangers en ce moment) ?!), les mesures de quarantaine peuvent s’appliquer selon les pays d’origine (mais pour certains, il n’y en a pas). Les Belges que je connais ne sont pas fous, ils rentreront chez eux que lorsque cela ne sera plus nécessaire, profitant comme je l’ai dit d’une liberté totale chez nous (pas besoin pour eux de papelards pour faire plus de dix bornes, si contrôle : ils leur suffit de dire qu’ils habitent en Belgique (toujours l’article 2 : les mesures restrictives ne s’appliquent pas pour les ressortissants européens… !). Dans le même genre : la nouveauté du jour est l’arrêt des vols depuis certains pays sud-américains (Chili, Argentine et Brésil). Sauf que… sauf que tu peux toujours venir du Brésil en passant par Amsterdam (2 vols par jour)… et ensuite, ni vu, ni connu : tu rentres en France (comment veux-tu qu’un flic devine que tu viens de Rio ? Tu lui montres tes papiers européens et hop ! (Une fois de plus, les Français qui voudraient faire la même chose seront hors-la-loi bien sûr !). D’ailleurs, cet été, lorsque les vols Brésil-France étaient annulés, les gens passaient par le Portugal de la même façon ! Je sais que j’insiste un peu lourdement mais pour tout dire : « Voilà bien le genre de choses qui m’exaspère ! ». Bon, je te laisse, il y a Ben qui me réclame une Jupiler !

    J'aime

  5. Les miens (de touristes belges) se promènent (sont allés au bord de la mer, à CANNES, se tremper les pieds l’autre jour (c’est à 200 bornes d’ici), visitent des amis, font des courses et tout ça sans calculer l’éloignement de leur domicile (habitent à Bruxelles !) ! Tu me pardonneras, mais j’ai quand même l’impression que les Étrangers sont plus libres chez nous, non ?! N’as-tu pas toi-même souligné le problème (sandwich-bord de mer) de ce flicage absurde que nous subissons tous ?

    J'aime

  6. Mais rien n’interdit un français de faire du tourisme avec des belges dans une voiture immatriculée en Belgique ? Ton texte est passionnant. Et, en plus, le découvrir en ce jour de 1er mai…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s