Monsieur Bricolage.

Il est quatre heures. Du matin.

Oui, je sais, c’est un peu tôt pour vous, mais rassurez-vous, pour moi aussi…
Je ne tenais plus, il fallait que je me lève. Encore l’une de ces maudites idées, qui tournent et retournent sans cesse dans mon ciboulot, et qui m’empêchent de dormir correctement.
Cette fois, j’ai imaginé un détournement… Oh, pas d’inquiétude, rien de répréhensible, il ne s’agit que d’un détournement d’objet. Oui, voilà, je vais transformer mon vulgaire aspirateur Rowenta (1500 watts efficaces) en respirateur médical autonome… L’affaire a germée dans mon esprit assez rapidement en entendant, hier soir, le cri d’alarme du ministre de la santé : « Nous allons manquer d’appareils de respiration pour ventiler les malades… alors il faudra bien faire des choix… ! »
Terrible, non ? Faire des choix, on en fait tous les jours bien sûr, et toute sa vie, mais là quand même, il s’agit de patients qui s’étouffent dans leurs mucosités, monsieur le Ministre…
Bref, Je m’y suis mis dare-dare. Et ça fonctionne ! Suffisait d’inverser le sens des tuyaux et de rajouter une membrane anti-retour. Simple comme bonjour finalement…
Hier, on a décidé (enfin) de nous mettre en confinement. Deux jours après nous avoir incités (menacés, j’oserai presque dire… !) d’aller voter en masse dans des agglutinement citoyens qui empestaient le gel hydro-alcoolique, et tout ceci pour la bonne conscience électorale. Il est vrai qu’il est très important d’avoir un bon maire. Mais cherchez un peu l’erreur tout de même… À l’heure des comptes, qui viendra bien un jour prochain, on entendra sûrement une nouvelle fois : « Coupables mais pas responsables ! ». Je le sais, on nous a déjà fait le coup…
Tenez, en parlant d’erreur, hier, il y a un type, un peu relou, qui m’a proposé (par courriel, sur SCRIBAY) d’écrire un texte érotique avec lui : « … Je me permets de vous contacter car je pense que nous avons un intérêt en commun pour la littérature érotique… ». D’où qu’il nous sort ça, lui ? Je n’ai absolument aucun intérêt pour la littérature érotique ! Absolument aucun…
Je lui ai répondu bien sûr. Et en termes bien choisis, et surtout bien léchés comme j’en ai l’habitude.
« Monsieur Du schmol, je fût fort surpris par votre demande. Apprenez donc, et malgré mon immense talent d’écriture qui me permettrait de toute évidence de m’imposer également dans le genre, que la littérature érotique ne m’intéresse pas. Elle ne m’a d’ailleurs jamais intéressée. D’autre part, j’ai en ce moment bien d’autres chattes à fouetter, et ne serait-ce que cette histoire de bricolage qui me turlupine depuis poltron minette. Et croyez- moi bien, sans entrer toutefois dans les détails techniques, que d’enfourner profondément un tuyau trop souple dans une gorge très encombrée, n’est jamais une partie de plaisir. Et même en lubrifiant bien l’extrémité rigide du suceur ad-hoc… Aussi, je ne prendrai pas de gants en latex, ni n’enfilerai des bas de soie, ni même n’utiliserait toutes les nuances d’expression en ma possession, pour vous dire d’aller vous faire lire plus loin !
À bon entendeur, salut !
Bon, je m’y remets, moi… Je vais tenter maintenant de fabriquer du papier toilette maison… À plus les amis, et soignez-vous bien.