Anastasia.

Elle a déboulé dans ma piaule comme un furoncle sur un cul sale.
Anastasia. C’est ma gamine. La p’tite dernière que j’ai eue avec ma deuxième femme, une ruskoff, ex-mannequin et ex-potiche d’un footballeur du PSG.
« Papa, dear Papounet, je voudrais être ambassadrice des Déserts, plus tard quand je sera grande… ! »
C’est vraiment pas une réussite cette gamine. Non seulement elle est laide comme un pou, mais pas très vive non plus. Elle cumule.
« Ambassadrice ? Et pourquoi pas Présidente de la République pendant que tu y es ?!
— Mais si, Papounet, je veux faire comme Madame Sigolaine… La vieille dame de la télé… « 
Je ne supporte pas qu’elle m’appelle Papounet. Si je ne me retenais pas, je lui foutrais des claques à longueur de journée.
 » T’as déjà changé d’idée… ? La semaine dernière tu voulais être vétérinaire comme tout le monde… ?!
— Oui… Ambassadrice des Déserts c’est beaucoup mieux… ! Et puis c’est très bien payé ! Et là au moins je n’aurais pas besoin de mettre mon bras dans le culcul des vaches… Oh, c’est trop sale le culcul des vaches… !
On sait maintenant de qui elle tient celle-là. Sa bimbo de mère me coûte une fortune à entretenir. Et la voilà qui rit à pleines dents maintenant… on devrait l’obliger à porter en permanence un masque, cette petite. Mon Dieu qu’elle est laide, tout de même… !
« …Bon… Ma petite fiente chérie… si tu laissais papa travailler maintenant… ?! Vas donc plutôt raconter tout ça à ta mère, hein, tu veux bien… ?!
— Mais elle est partie faire des courses… chez « Fauchon »… et chez son coiffeur aussi…
Des fois, je me dis que j’aurais mieux fait de m’abstenir. M’abstenir d’avoir du talent, d’écrire des bouquins à succès, d’avoir du pognon à plus savoir quoi en foutre, de rouler sur l’or, d’en avoir plein les fouilles, de me payer des putes russes, et surtout de leur faire des gosses aussi bêtes et moches…