Un jour comme les autres.

C’était un jour. Un jour comme les autres. Ni plus, ni moins…
J’étais ivre mort, avachi sur ma table de cuisine, et l’oiseau est entré par la fenêtre grande ouverte. J’ai relevé la tête. Il était là, posé sur la chaise en face de moi. Noir, calme, m’observant de ses grands yeux perçants. Un aigle, peut-être.
Dehors, le silence. Le monde semblait s’être arrêté. Pourtant je n’avais pas peur. Pourquoi aurais-je eu peur après tout ? Que le Monde s’arrête ainsi n’avait désormais plus aucune importance.
L’oiseau me fixait encore. Immobile. Immense. Sondant mon âme. Profondément.
Il a souri, soudain. D’un sourire merveilleux, éclatant de bonheur, calme et noir.
Ses plumes luisaient au soleil. Et il souriait encore… mon oiseau de malheur. Noir, et si calme pourtant.
Ce jour comme les autres…
Ni plus, ni moins…